Fraise Et Chocolat (T1 et 2) de Aurélia Aurita

Aurélia Aurita s’est fait connaitre grâce à ces 2 titres et au buzz provoqué.

Aurelie Auriita Fraise Et Chocolat T1 CouvEn bref, la dessinatrice nous raconte son histoire avec un dessinateur vivant au Japon. Et le moins que l’on puisse dire est que leurs retrouvailles sont passionnées. Le lecteur est plongé dans une histoire d’amour pleine de fougue et les confessions sont multiples.

Le ton « journal » apporte beaucoup de précisions sur la psychologie de la demoiselle, ses attentes et ses envies. La plongée dans ce couple se fait avec fraîcheur et il est appréciable que ce soit fait avec autant de franchise.

Le premier volume est essentiellement porté sur les rapports sexuels et la fougue d’une histoire forte de couple qui commence. Drôle et tendre, le regard touche chacun.

Le deuxième commence peut être à lasser. En tout cas, il est un cran en dessous et plus sombre. Suite aux excès sexuels du 1er, on rentre davantage dans la vie du couple. Jalousie et scènes du quotidien sont au programme.

Le lecteur masculin se demandera la part de vérité sur la psychologie féminine et certainement en retirera des leçons. Les femmes se reconnaitront certainement dans certaines anecdotes.

Le dessin simple et rapide colle parfaitement au ton global. On reste dans le format « instantané » propre à la confession griffonnée.

– Dans ce cas, moi, je lance le F.F.F.F : la Fédération Française de Fist-Fucking !

(Version lue Les Impressions nouvelles)

Valentina Pirate de Guido Crepax

Nous avons déjà parlé de Guido Crepax et aussi de Valentina.

En bref, Valentina finit la lecture d’un conte de Science-Fiction de l’Astronef Pirate à son fils Mattia. Celui-ci en veut davantage, Valentina lui dit que l’histoire continue dans ses rêves.

La saga Valentina est ardu à suivre, même Crepax semble s’y perdre dans l’interview qui précède l’histoire. Mais l’effort est louable pour réussir à comprendre ce personnage.

Toujours avec un sens de la page riche et virevoltant, Crepax met cette fois son récit en couleurs pour ce qui est de la partie racontée. Mais la réalité de Valentina et Mattia, quant à elle, reste en noir et blanc.

Si le rêve poursuite l’histoire de base de l’Astronef Pirate et de son équipage, le rêveur est à chaque fois différent et chacun y met sa touche et sa fantaisie.

Plus sexy et nettement moins coquins que les autres volumes, Valentina Pirate est un très beau classique et les petites histoires suivantes ont un charme indéniable.

(Version lue Dargaud – épuisé)

(Images issues de la version italienne)

200e article : l’heure d’un bilan et de la discussion !

Aujourd’hui, je pense que vous m’accorderez le droit de faire une petite entorse sur le contenu de l’article.

Il y a un an et demi environ, je me suis lancé dans cette aventure riche. Ne trouvant pas l’information que je désirais sur l’univers de la Bande Dessinée érotique, il tombait sous le sens de créer BDérotique. Comme vous le savez, il est ici question de partager mes avis et découvertes de ce genre.

Celui-ci se révèle nettement plus riche que la simple œuvre masturbatoire et les rééditions en cours actuellement chez les grands éditeurs prouvent bien l’intérêt des lecteurs. Alors, bien sûr, il faut parler de Manara, de Gillon, de Von Gotha, mais faire découvrir Crepax, Liberatore, Jacobsen, Ardem, Bruce Morgan, Wallace Wood, Bodé, etc. BDérotique c’est aussi des rencontres avec des auteurs moins connus mais méritant une meilleure exposition. Il faut aussi mettre en avant la volonté des maisons d’édition comme Tabou ou DYNAMITE. Il y a aussi les indépendants comme Hope, Bonheur Ou United Dead Artists qui montrent le bouillonnement de cette scène.

Le blog provoque beaucoup de discussions et d’interrogations dans mon entourage. Et le plus souvent tout le monde a des souvenirs « émouvants » du genre et se révèle intéressé d’en savoir davantage.

Je tiens à remercier les personnes suivantes pour leur soutien. Sans eux, BDérotique ne serait pas la même chose.

– BD Spirit pour ses conseils

– La Musardine et Tabou Editions pour leur soutien sans faille et m’avoir permis de rencontrer de nombreux auteurs

Mr Rincevent pour les bannières et conseils autour de l’image du blog

Not_simplicity pour son cadeau qui a tout provoqué

Un grand merci à tous les abonnés au blog, au compte Twitter et Fans FB ! Vous êtes à ce jour plus de 800 (en cumulé) ! Merci pour vos commentaires !

BDérotique, à ce jour, compte environ 1 Million de pages vues et 5 000 pages en moyenne par jour. Je n’osais pas espérer un tel succès ! Merci pour votre intérêt !

200 articles, c’est aussi se demander comment sera le futur du blog. Il y aura encore et toujours des chroniques de BDs et des interviews. Je souhaite commencer à croiser toutes ces lectures et faire des dossiers. Mais il y aura aussi une refonte du blog et une possible migration avec un nom de domaine.

Donc vos commentaires , critiques et conseils sont encore plus les bienvenus aujourd’hui. Que souhaiteriez vous voir davantage ? Sous quelles formes ? Et vous pouvez dire tout ce que vous avez sur le coeur !

Souvenirs de Jeunesse de Giuseppe Manunta

On a déjà parlé de Manunta pour les 5 Sens d’Eros.

En bref, une demi douzaine d’histoires vous replonge dans l’état de adolescents et jeunes adultes. Sans grandes surprises, on retrouve les sorties entre amis, retrouvailles du lycée, confessions intimes et séances de révisions et jeux coquins, etc.

Même si ça semble banal et assez convenu, Manunta a le talent d’injecter dans ses récits une candeur et une fraîcheur rares. Certainement, cet effet est permis grâce aux couleurs pastels utilisés et au trait rond vaguement enfantin, tout en restant réaliste.

Le lecteur y retrouvera ces poussées de désirs quasi-incontrôlables comme le nouveau petit ami tombant sous le charme de la petite sœur. Il y a aussi les plans machiavéliques pour que la jeune femme cède, mais la gent féminine reste toujours la plus forte.

Manunta nous rappelle qu’il est bon de rester curieux et à l’écoute de ses désirs. Ses « souvenirs » y parviennent à merveille.

– Allez, allez ! Tu ne les trouves pas craquants mes petits tétons ?

(Version lue Tabou Editions disponible sur Averotix)

Songes T1 : Coraline de Terry Dodson et Denis-Pierre Filippi

Terry Dodson est un dessinateur américain qui a notamment travaillé avec Mark Millar. Denis-Pierre Filippi est un scénariste français.

En bref, Coraline, magnifique blonde, arrive dans une propriété énorme et luxueuse pour assurer le rôle de préceptrice auprès de Monsieur Vernère. Celui-ci a l’aspect d’un adolescent d’une dizaine d’années, mais est un inventeur de génie. Mais ce n’est qu’une des nombreuses surprises que Coraline va avoir. Chaque nuit, elle est assaillie par des rêves coquins. Un étrange mystère hante ce lieu.

Le lecteur est vite sous le charme divin de ces pages où couleurs et dessin sont tout juste somptueux.

L’ambiance Steam Punk (sorte d’univers dérivé de l’œuvre de Jules Verne) apporte le grain d’exotisme et le scénario qui laisse beaucoup d’interrogations est très bien maitrisé. Les rêves de Coraline sont ils liés à la réalité? Que cache M. Vernère dans son laboratoire? Pourquoi les petites culottes disparaissent elles chaque matin ?

Certes, la BD en elle-même est très soft. Coraline est l’argument sexy et c’est peut être là qu’on voit le passé comics de Dodson. Songes reste cependant une BD européenne, mais imprégnée de comics surtout sur le cadrage et la dynamique des pages.

Songes est un plaisir, une bien heureuse surprise. Mais 6 ans depuis la parution de ce tome, le lecteur attend toujours la suite…

– Enchantée, Undi. Moi, c’est Coraline. Excuse-moi si j’ai été un peu agressive, mais je n’ai pas l’habitude qu’on veuille me consommer !

(Version lue Les humanoïdes Associés disponible chez Averotix)

Carré Noir Sur Dames Blanches de Alex Varenne

Alex Varenne a une bibliographie riche.

En bref, 6 histoires courtes sont au programme de ce recueil.Ici, des couples, des amants se mettent en scène, fantasment et font l’amour. A priori indépendantes, les histoires se connectent avec une belle confession du dessinateur.

Exploitant les thèmes de l’exhibition/voyeurisme propres à la BD entre le lecteur, le support et les personnages, Varenne prouve vite qu’il a une vraie vision du genre.

Les récits sont tour à tour cabotins, coquins, cruels, tristes, passionnés et rêveurs. Le tout reste cependant accessible et d’une simplicité sans prétention. La lecture est plaisante et peut être trop rapide.

Cet album est le premier de l’artiste et son trait est déjà bien en place. On sent quelques hésitations, mais aussi des références en forme de clin d’œil, notamment sur la 3e histoire où le beau gosse est un Tarzan sorti d’un pulp.

La complicité évidente des couples emmène le lecteur et on sent beaucoup de tendresse dans le traitement.

– J’assouvis tous ses vices dans des lieux de malice…

(Version lue Chefs d’Oeuvre de la BD Erotique Tome 4 – Rombaldi Editeur)