Les Bien Aimées de Asaji Muroi

Asaji Muroi est un artiste japonais.

Asaji Muroi Les Bien Aimees CouvEn bref, Timeless propose la premier recueil de cet artiste discret. Asaji Muroi dépeint des femmes japonaises soumises représentées à quatre pattes ou avec un collier.

La symbolique qui s’en dégage est forte. On peut y voir une représentation de la fidélité de la femme pour sa famille ou son mari dans un un schéma de société traditionnelle.

Tous ses dessins ne sont pas sur le même sujet, mais tous confirment sa fascination pour la femme. Les vignettes datées des années 70 sont très inspirées par le bondage ou le SM et ne sont pas sans rappeler Saeki Toshio dans le trait, mais aussi d’autres maîtres de l’Ero-Guro.

L’humiliation reste au cœur de son  travail. Et il est étrange de constater les expressions de contentement de ses femmes, heureuses de leurs conditions.

(Version lue Timeless Editions)

Les « Nuits » de Stella de Foxer

On a parlé de Foxer pour Fanfrelle et la vie parisienne.

En bref, Stella a fait les beaux jours de Bédé Adult’, le magazine de BD adultes des années 80-90. Cette grande brune habillée d’une combinaison de cuir noir ne se laisse guère séduire et préfère le rapport franc et direct.

En 5 tomes, on voit le personnage évoluer dans des situations différentes et caricaturales. On commence avec le milieu de la nuit et de la rue dans « Les Nuits Blanches », puis la vie de château genre donjon SM grotesque avec « les Nuits Sadiques ». Ensuite, elle s’encanaille à nouveau dans la rue, mais ambiance travestis et sexe de groupe. Le plus dingue étant « Les Mille et Une Nuits », les aventures orientales de Stella représentent un cap assumé de l’auteur qui ajoute l’exotisme aux scènes de sexe permanentes. Enfin dans le dernier tome, « Les Nuits Secrètes », Stella devient une enquêtrice de choc.

Foxer a un dessin très reconnaissable, ses teintes de gris et son trait sont très marqués. On peut sentir des influences multiples, dont … Tom Of Finland ! En effet, certains personnages masculins sont des bikers « cuir-moustache ».

Le feuilleton n’est pas des meilleurs. On se lasse vite des aventures de la grande brune, où tout sonne en toc, et où les dialogues tombent à plat. On reste très étonné par le premier degré du récit et l’humour incongru. L’intégrale n’en est pas moins le pur reflet de la production française du genre dans les années 80.

– Pas croyable ! Elle a une moule à qui il ne manque que la parole !

(Version lue Bédé Adult’ – réédité chez DYNAMITE en 2017 tome 1 + 2)

29/01/2017 : DYNAMITE ressort la série dans une belle édition avec des dialogues réécrits, mais qui gardent encore leur saveur ! Un bien bel objet !

Projection Privée de Milo Manara

Les sorties ou rééditions de Milo Manara se suivent encore et encore.

PROJECTION PRIVEE NE[DRU].indd.pdfEn bref, « Projection Privée » est la réunion de 2 albums précédemment édités « Candide Caméra » et « Courts Métrages ». Donc les histoires courtes proposées ont pour thème l’image, la caméra et le film.

Comme souvent chez Manara, on y retrouve quelques propos sur la société voyeuse et perverse, la télévision abêtissante et des références aux classiques italiens. L’ouvrage est peu porté sur la femme de Manara, quoique quelques planches ou histoires sont assez osées.

Le matériel publié est maintenant daté, on nage en pleines années 80. Et il est difficile de s’enthousiasmer sur ce titre. Le thème du pouvoir de l’image est loin d’être neuf.

Le tout laisse une impression de fourre-tout. On y retrouve aussi un hommage à John Lennon, de la SF et une très belle histoire de diable.

Les collectionneurs peuvent se jeter sur cet album, les autres devraient déjà lire Guiseppe Bergman !

– Vous payerez pour avoir sali notre aventure avec votre pornographie !

(Version lue Glénat)

Les Sextraordinaires Aventures de Zizi et Peter Panpan de Lauzier

Lauzier est un auteur de bandes dessinées, mais aussi un réalisateur de films. Il est décédé en 2008.

En bref, lors d’une expérience scientifique pour soigner l’éjaculation précoce, Zizi et Peter Panpan font l’expérience de l’orgasme total. S’enclenche alors une révolution sexuelle où chaque fantasme ou pratique a son parti.

Avec un parti pris totalement délirant et terriblement ancré dans son époque, Les Sextraordinaires Aventures offrent un divertissement un peu daté, mais très efficace. L’humour y est plus fin que dans la majorité des titres du genre, l’érotisme est en retrait, mais pas le thème.

Le fond politique contestataire n’épargne personne et égratigne ceux qui sont de toutes les luttes. Mais bien qu’inspiré par le monde politique, le récit est une farce qui provoque le sourire et vise certainement à tous nous libérer davantage.

Paru dans le magazine LUI, cette BD garde une véritable force, se moquant doucement des mouvements de libération des années soixante et soixante-dix. On aimerait voir des révolutions aussi délirantes !

– Jamais ! Je ne ferai aucune concession ! Si je meurs, un autre exhibitionniste-obsédé sexuel-breton prendra ma place !

(Version lue Glénat)

Sex Press : La révolution sexuelle vue par la presse Underground 1965-1975 de Vincent Bernière et Mariel Primois

Vincent Bernière est très actif dans le milieu de la Bande Dessinée. Il est notamment à l’origine de la collection Erotix de Delcourt. Mariel Primois a été entre autres directeur artistique pour le magazine Actuel.

En bref, Sex Press est une sélection de matériel publié dans diverses revues de 1965 à 1975, soit le moment fort de la révolution sexuelle et de la libéralisation des mœurs. Au travers des photos, couvertures, dessins, bandes dessinées, montages, collages, affiches, ce sont ces folles années que nous retrouvons ou découvrons.

Le livre est intelligemment découpé en thèmes : la libération de la femme, les Minorités, le porno, etc. Le curieux le feuillettera en souriant et glanant de ci de là quelques sensations fortes vintage, l’amateur dévorera et retiendra les titres de ces magazines hélas disparus.

L’époque est certes révolue. La nostalgie autour de titres tels que Actuel, Oz, Sexpol, Le Torchon Brûle ou encore Charlie Hebdo et l’Echo Des Savanes des grands jours est à savourer sans modération. L’esthétique et le graphisme ont définitivement marqué le paysage visuel.

Si on ne peut y voir qu’un vaste reflet d’une époque bouillonnante et revendicatrice, les dernières pages permettent de remettre ses connaissances à jour sur ces périodiques devenus objet de collection.

(Version lue Editions de La Martinière)

L’Esclave Sexuelle de Bruce Morgan

Après un 1er tome, Bruce Morgan enfonce le clou dans ce 2e volume de la série « Les Instincts Pervers« .

En bref, Sylvie, jeune orpheline de 18 ans, et son frère vivent chez leur oncle dans une ferme du Berry. Le frère s’éclipse vite à Paris pour suivre ses études après l’avoir dépucelée. Mais le récit débute vraiment avec la vie paysanne du « gentil tonton ». Il en fait vite son jouet sexuel et n’hésitera pas à la vendre aux gens des environs…

Avec ce 2e tome, le contexte des Instincts Pervers est encore plus sordide. L’inceste passé, la domination de l’oncle sur sa nièce est quasi-insoutenable. La violence et l’horreur domestiques, ainsi que l’impasse dans laquelle se situe Sylvie vont exacerber ses pulsions qui n’auront plus rien de normal. Et, lors de sa fuite, elle ne peut qu’être amenée à encore plus de débauche et de soumission.

Le dessin réaliste de Bruce Morgan concorde avec le propos et en fait une histoire crédible avec très peu de second degré et d’humour, mais contenant une folie qu’on comprend destructrice.

Avec des thèmes très forts, Bruce Morgan crée une des séries les plus marquantes de toute la pornographie en BD disponible actuellement.

– Tu baises comme une chienne en chaleur. Tu vas devenir une esclave, une poupée gonflable… Je me servirai de toi pour me vider les couilles à chaque fois que j’en aurai envie. 

(Version lue DYNAMITE Editions Collection Outrage)