Voyage en Profondeurs de Igor & Boccère

On a parlé de Igor & Boccère pour Chambre 121.

Boccere Igor Voyage en Profondeurs CouvEn bref, Vincent est embauché par Linda pour une expérience hors du commun, l’exploration du centre de la Terre. Hommage appuyé aux illustres romans d’anticipation et de science-fiction, « voyage En Profondeurs » est un feuilleton qui vous fera voir du pays, Amazones, Liliput, et bien d’autres.

Si le principe de l’histoire promet moultes aventures, c’est surtout un déluge de scènes de sexe qui attend le lecteur. Les protagonistes sont tous des chauds lapins. On peine à suivre l’histoire qui n’est que prétexte à parties de jambes en l’air. Une chose est certaine, nos héros ont une forme et une libido de classe olympique !

Malheureusement, on perd le fil de la trame principale. C’est un peu regrettable, les références auraient pu amener d’autres situations, disons, plus réfléchies. En tout cas, on peut sentir l’envie de bien faire et l’humour permet aussi de respirer dans ce joyeux « Grand N’importe Quoi » comme le dit si bien l’auteur.

La mise en page est dense, à se demander si cela ne méritait pas une impression plus grande.

Au final, ça peut devenir un plaisir coupable, sympathique.

– Ce… Ce cul est le plus beau jour de mon vit !

– Qu’attends-tu ? Entre, fais comme chez toi.

(Version lue DYNAMITE Editions Collection Outrage)

Exposition de Ignacio Noé

On a a parlé de Noé pour son « Accordeur« .

En bref, Gil Spam est un peintre de Pin-ups célèbre et fait l’objet d’une exposition de ses originaux. Un de ses fans, Martin, fait sa rencontre sur place, mais surtout celle de sa petite fille, Ana, qui fait office d’infirmière et porte parole à l’artiste, diminué après un infarctus. C’est l’occasion de découvrir les toiles du maître.

Gil Spam est évidemment un artiste fictif. Noé rend ici hommage au « good girl art » et aux artistes renommés comme Gil Elvgren. Il en profite aussi pour pimenter le récit en évoquant l’histoire épicée de Ana, mais surtout le « processus  » créatif derrière chaque tableau.

On s’amuse à voir la différence entre l’interprétation du spectateur et la vision de l’auteur. Certes, tout y est assez terre à terre, mais terriblement jubilatoire et drôle.

Le trait de Noé est explosif pour la rétine, magnifique sur tous les points et ses couleurs juste parfaites. L’album est tout de même très hard, mais est à recommander à tous pour ses nombreuses qualités.

– Saisi par l’excitation, je lui ai planté une carotte dans le cul.

(Version lue Dynamite Editions collection Canicule)