Giovannissima ! de Giovanna Casotto

Giovanna Casotto est un pilier de l’érotisme italien en BD très marqué années 90.

Giovanna Casotto Giovannissima CouvEn bref, ce recueil est conséquent. 137 pages de BD et quelques artworks vont satisfaire les fans de la belle Giovanna. Les histoires sont toujours du même goût, des hommes aux prises avec une ou des femmes joueuses et pleines de désirs.

Donc il n’y a rien de révolutionnaire ou de franchement inédit à se mettre devant les yeux. Mais c’est aussi le charme des histoires de Casotto. Ici, on a des histoires très sexuées, matures, poilues et joviales. Entendez qu’ici les femmes sont rarement des victimes, elles sont consentantes et provocatrices pour le plaisir des protagonistes.

C’est surtout le trait de l’artiste qui m’attire. Sa technique au crayon est bluffante, sa connaissance de l’anatomie quasi parfaite.

Elle se permet toutes les formes d’histoires, fantasmes, fantaisies et beaucoup d’entre elles sont co-signées par notamment Saudelli. Très complice avec Luca Tarlazzi, les références à cet auteur sont légion dans cet album. Casotto savait s’entourer à l’époque !

– Viens… il y a de la place pour toi aussi… Il y a de la place pour tout le monde !

(Version lue DYNAMITE Editions collection Canicule)

Degenerate Housewives de Rebecca

Rebecca est, à priori, une artiste américaine.

Rebecca Degenerate HouseWives T1 CouvEn bref, dans le Connecticut, Catherine se plaint à sa voisine de sa vie sans surprise et surtout sans sexe. Sa bonne amie lui prépare une surprise pour la dérider ou lui faire découvrir un nouveau monde. Elle est délaissée par son mari et bien sa copine-voisine va la transformer en soumise lesbienne.

Le titre évoque forcément les Desperate Housewives de la série. Mais ici, pas de drame de couple qui se sépare, on découvre la vie fantasmée de ces épouses le jour pendant que leur mari niais travaille.

Avec un ton débridé, Rebecca livre la version lesbienne uniquement de la série. Certes, on reste dans le cliché lesbien pour hommes. Mais c’est frais et drôle.

Sans avoir un style révolutionnaire, Rebecca suit la ligne de contemporains classiques efficace et léger.

Degenerate Housewives est, au final, une belle surprise sans prétentions, du divertissement pour adultes.

– A partir d’aujourd’hui, tu vas me faire le plaisir de jouir aussi par ce trou-là, compris?

(Version lue DYNAMITE Editions Collection Petits Pétards)

Mi-Anges, Mi-Démons de Olson

Olson est un dessinateur mystérieux au point qu’on ne connait pas sa nationalité. Il sera « franco-belge par défaut » jusqu’à correction.

Olson Mi-Anges Mi-Demons CouvEn bref, Wanda est une blonde incendiaire qui ne laisse personne indifférent. elle fait la rencontre de Cory, belle brune masseuse. Si la première est entreprenante, la seconde est plus réservée. Leur union sera la clé de voûtes de plus sieurs aventures sensuelles.

L’album est un recueil des 3 volumes parus. Le ton est typique du feuilleton de cul, pas très éloigné de Liz & Beth. On est donc dans une succession de scènes de sexe que le scénario va essayer de justifier.

Le style est relativement académique et très propre. Le trait est joli très 70-80, on est pas loin de Paul Gillon dans l’encrage. Ca fait le job, mais ça n’emporte pas grand chose.Oui, elles sont jolies, un peu perverses et charmantes. Le problème reste la crédibilité.

On est dans un cliché de films X. Ca apporte autant de sourire que de douche froide. La recette est là et la mayonnaise prend difficilement. Le nostalgique y trouvera ce qu’il recherche, les autres passeront vite à autre chose.

– Pffff… Un voyeur ! J’aurais préféré un violeur, c’est plus clean !

(Version lue DYNAMITE Editions Collection Canicule Grand Format)