L’Enfer Est Pavé de Bonnes Intentions de Gilbert Hernandez

Avec les frères Hernandez, c’est tout un pan de la culture Comics contemporains qu’on évoque.

En bref, Empress est une gamine vivant dans une décharge et recueillie par une bande vivant sur place la préservant des prédateurs sexuels locaux. Après une vive altercation, elle est finalement recueillie par un bienfaiteur, éditeur de poésie, ancien habitant de la décharge.

Spin-off de l’univers Palomar-Luba propre à Gilbert Hernandez, « L’Enfer » est en fait un film dans lequel joue Fritz. Elle y incarne la prostituée brune à la poitrine hors normes. C’est un conte très moral, proche de la caricature, mais avec énormément de finesse et un oeil acerbe.

Les rencontres d’Empress sont celles de la rue, son meilleur ami est un adolescent comme elle qui fait le mac avec 3 prostituées qu’ils traitent à la matraque. Ce sont avec elle que l’éditeur assume son penchant de soumis cagoulé. Le drame n’est jamais loin dans la vie de notre héroïne.

L’album est relativement peu sexuel, mais les thèmes ne permettent pas de le mettre entre toutes les mains. L’ouvrage est magnifique sur les comportements humains très souvent liés à la tension sexuelle.

– Viens par là ! Oui, toi ! Sois pas timide ! Donne une chance à l’amour !

(Version lue Delcourt)

La Perfection Chrétienne de Georges Pichard

Nous avons évoqué Pichard à de nombreuses reprises, pas assez…

En bref, en s’appuyant sur des cantiques ou des représentations bibliques, Pichard détourne ou plutôt passe les sermons à la moulinette. Il en ressort une série de planches inédites à ce jour, où la passion chrétienne prend un tout autre sens.

L’ouvrage est intelligent et décontenancera beaucoup de lecteurs avides de sensations, certes présentes dans ses pages. La connotation religieuse omniprésente refroidira la plupart. Les derniers savoureront un moment purement transgressif, avec un niveau de perversion rare.

Certes, la représentation est essentiellement axée sur la torture ou l’entrave de jeunes femmes. C’est surtout la douleur et la dévotion physiques et mentales qui placent le rapport religieux du dévot en rapport sadomasochiste ultime.

Et le trait de Pichard est certainement le seul qui permet cette transfiguration.

Si vous connaissez la religion chrétienne et qu’une oeuvre adulte ambitieuse ne vous effraie pas, procurez-vous cet album de toute urgence !

– On n’exige pas de vous maintenant que vous désiriez les injures et les affronts, ni que vous les recherchiez avec ardeur, ou que vous les receviez avec joie. C’est un degré de perfection encore trop difficile et trop élevé pour vous, on demande seulement que vous soyez dans la disposition de souffrir patiemment.

(Version lue Glénat)