Bonheur #2

Les Editions La Rouquine nous gratifie en ce début d’année 2014 d’un nouveau numéro. ENFIN !

Bonheur 2 Couv

En bref, Le principe reste le même que le numéro 1, 32 pages pour 5 artistes.

Au programme, on a droit à David Sourdrille, Robert Crumb, Olivier Texier, Jean-Michel Bertoyas et enfin The Pit.

Les illustrations vous aideront à vous faire votre propre jugement, mais il est intéressant de voir les projections délirantes des auteurs. Sourdrille a ses rêves scatologiques, Crumb dévoile toujours plus ses pulsions, Texier nous place dans des sessions sordides. On en profite pour faire connaissance avec The Pit  et enfin Bertoyas qui ont un talent graphique étonnant.

L’ambiance de ces pages complètement rend hommage à un bouillonnement artistique tous azimuts. Et cette énergie passe dans ces illustrations. On en vient à en vouloir davantage.

Un joli cadeau de la part de La Rouquine !

(Version lue La Rouquine)

The Sex Visitors de DAVE & Cap. Willard

On peut considérer cette BD comme une réplique sans concession à la collection BDCUL des requins Marteaux, en vraiment drôle et prodigieusement aberrant.

Dave Et Cap. Willard The Sex Visitors CouvEn bref, des scientifiques lubriques partent à la recherche de leur collègue disparu en expédition. Ils remonteront la piste encore fraîche à la rencontre d’une tribu aux rites peu ordinaires et les secrets de cette région si reculée.

Mais qui a pu créer cette BD ? On a entre les mains un fumetto à la française avec des scènes de sexe et de l’aventure, une BD de gare. (Aventure est un bien gros mot) Avec deux cases par page, les auteurs semblent s’essayer à monter le scénario le plus pourri, les situations abjectes et surtout à rendre les dialogues les plus débiles possibles, mais aussi repousser les limites de l’orthographe.

Et la fin est une tarte à la crème aberrante. Donc FLBLB nous prévient sur la 4e de couverture et la préface. Lisez ces mots, c’est encore à des années-lumière de ce que vous pouvez imaginer.

Le rire sera là, libérateur, nécessaire pour comprendre que The Sex Visitors est unique (et il devrait le rester). Avec son dessin qu’on qualifiera d’amateur éclairé (on est gentil), la BD est cohérente si on le voit comme un hommage parodique à un genre populaire.

– Les origines de Martelli sont latines et, comme tous les latins, il n’arrive pas à se contrôler devant des créatures du sexe faible.

(Version lue Editions FLBLB)