Abîmes T1 de Alfredo Crespo et Aleix Aguilà

2 Auteurs espagnols se lancent dans un projet ambitieux, ramener un vrai frisson dans la BD érotique.

En bref, Pedro, un prêtre, se confesse dans sa geôle du Vatican. Il revient sur sa jeunesse mouvementée pleine de luxure, de machinations et d’histoires de famille lourdes.

Avec Crespo au dessin et Aguilà au scénario, la BD est le premier tome d’une histoire qui a des qualités évidentes. Sans forcément s’attacher aux personnages (le narrateur est d’une moralité douteuse),  la lecture est aisée et on ne lâche pas le volume sans connaitre l’issue (avec la frustration de ne pas avoir la suite qu’on espère disponible rapidement).

La jeunesse trouble de Pedro est partagée entre sa petite amie et ses amants. Il est calculateur, assez froid, se sert du sexe pour dominer et manipuler son monde dans une affaire de succession un peu floue à ce stade du récit. Il faut reconnaître le ménage subtil qui constitue ce titre :  bisexualité, emprise mentale et intrigues diverses.

Le sexe est ici bavard et sert le récit qui part d’un drame adolescent, puis s’oriente vers le scandale de famille et une issue tragique. Il y a beaucoup de personnages, mais on s’y retrouve plutôt bien.

Abîmes est donc une bonne lecture qui nous donne ce qu’on peut attendre d’un titre adulte, des histoires sans tabou mais qui gardent un intérêt. Le scénario est ici un point fort, c’est assez rare dans le genre pour être souligné.

– Tu suces mieux que ta sœur, tu sais. Un jour, vous me sucerez tous les deux en même temps, tu verras.

(Version lue H & O Editions)