Aventures Orientales de Milo Manara

La 3e aventure de Guiseppe Bergman, la série culte de Manara, est parue précédemment sous le titre de « Rêver Peut-être ».

En bref, Guiseppe Bergman se perd à nouveau dans l’Aventure. Cette fois, il participe à la recherche d’une équipe disparu lors d’un tournage. Les rushs servent de pistes troublantes pour lui et Fransesca Foscari, la responsable de l’expédition.

Après 2 volumes, cette route jusqu’aux Indes en passant par le Moyen-Orient amène la plus belle aventure, mais aussi la plus bouleversante. Le double cursus de l’histoire allant et revenant entre la réalité de la BD et celle du film, les mariant par moments emmène le lecteur dans la « rêverie » propre à cette série. On sent toujours la présence de Pratt, le maître du voyage. Et on effectue celui-ci avec délice et, comme Guiseppe, nous sommes spectateurs malgré nous.

Ne cessant de nous emmener plus profondément dans des délires mystiques, Manara dévoile ses talents sans retenue dans ce qui semble être le travail le plus personnel et plus difficile d’approche que ces autres travaux, bien plus terre-à-terre.

Et tout le monde n’adhérera pas à ces pages qui contiennent une dose de poésie et de dépaysement sans équivalent, tout en conservant cet érotisme moite et pervers.

– Le plus curieux est que les vidéocassettes ne redeviennent visibles que dans les lieux où elles ont été tournées…

(Version lue Drugstore)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *