Allraune de Toni Greis et Robi

Une bande dessinée allemande, c’est suffisamment rare pour en parler.

Toni Greis Robi Allraune Couv

En bref,  Dinah se retrouve maudite suite à une éjaculation faciale. Elle ne contrôle plus sa libido. Et après avoir commis l’irréparable avec son beau-père ivre mort, elle fugue.

La malédiction est une métaphore évidente de l’adolescence et de l’acceptation de soi, c’est d’ailleurs validé lors de sa transe. La jeune femme pour lever le sort doit l’accepter, s’accepter elle-même.

C’est du coup l’occasion pour avoir droit à des scènes débridées avec un très joli trait. On regrettera peut-être la colorisation très artificielle.

L’histoire, sans être poignante, est loin d’être stupide. Chaque chapitre se conclue sur une note pessimiste ou coupable de la part de notre héroïne. Le tout se ponctue de fantastique.

Au final, le plaisir de lecture est bien présent et on attend la suite (qu’on espère pas trop longue)..

– Grimpe le phallus de la vérité !

 

(Version lue DYNAMITE)

Insatiable de Douglo

Douglo est le pseudonyme de Horst Dounichdy-Glokken.

Douglo Insatiable couv En bref, Douglo s’exprime ici en petites histoires indépendantes. Tout d’abord c’est une ménagère au mari pas très subtil qui l’envoie à la gym pour lutter contre ses kilos en trop. Elle préfère la pâtisserie et surtout les pâtissiers. Ensuite, c’est un entretien d’embauche qui finit en débauche (oui, c’est un peu facile). Il y a aussi une comtesse très délurée qui accueille un couple perdu.

L’exercice de style rappelle les histoires courtes  qu’on pouvait trouver dans les magazines de BD porno. Mais ici le style graphique est rude, grossier et criard.

Sans trop savoir si l’objectif est l’humour ou le sexe, le lecteur est un peu décontenancé. Le tout a un caractère certain, mais ne parvient à satisfaire.

– Mais ce n’est pas de l’art ! C’est de la fornication !

(Version lue DYNAMITE Editions collection Petit Pétard)