Le Couvent Infernal de Ignacio Noé et Ricardo Barreiro

C’est certainement le dernier titre chroniqué pour Ignacio Noé qui a cessé le porno (malheur à nous).

Ignancio Noe Barreiro Couvent Infernal Couv

En bref, dans un couvent espagnol reculé, les bonnes sœurs punissent tout écart aux bonnes mœurs que leur impose leur statut. Après un accident, elles découvrent une porte cachée. Celle-ci, une fois ouverte, provoque l’arrivée du diable dans le lieu saint. Les nonnes vont alors connaitre la luxure avec un goût de soufre extrême. Masturbation, godemichet énorme, sodomies et sexes sous contraintes ou encore orgie, le programme est des plus alléchants !

Ricardo Barreiro n’en est pas à son premier scénario chroniqué ici. Nous avons déjà parlé du très bon Antre de la Terreur (avec Solano Lopez s’il vous plaît). Du coup, on a le droit à un scénario référencé, ici, le mythe de Cthulhu de HP Lovecraft en l’occurrence.

Je ne connais pas l’origine de ce fait, mais les nonnes font partie des fantaisies fétichistes communs et j’avoue que ça me fait toujours marrer. Alors, ici, je suis servi ! Et il faut bien avouer que les auteurs se font plaisir à montrer comment le diable se plaît à forniquer les bigottes de la plus rude manière.

Dans ces pages, la baise est sauvage, rude et violente. Porté par le dessin de Noé, le récit est des plus excitants. Les couleurs chaudes et le trait sans faille emportent le lecteur au plus près de ces ébats démoniaques.

Si vous avez un minimum de culture chrétienne, vous percevrez le blasphème et apprécierez davantage ce titre, qui, de ce fait, a été censuré au Canada. Dans tous les cas, j’ai adoré la pornographie brûlante et le stupre que dégagent ces pages !

– Vois comme la fente de la mère supérieure est ouverte et juteuse… Tu aimerais y mettre la langue, hein ?

(Version lue DYNAMITE Collection Canicule – disponible chez BD Adultes)

La Diète de Ignacio Noé

Ignacio Noé nous a déjà ravi avec Notamment Exposition qui était un brillant album.

Ignacio Noe La Diete Couv

En bref, Incarnation (c’est le nom de l’héroïne) veut devenir mannequin. Mais voilà, ses courbes ne respectent pas les canons de la profession. Sa poitrine est bien trop volumineuse. Elle doit donc maigrir. Un médecin libidineux lui fournit des pilules pour l’aider, mais celles-ci développent sa libido de manière inattendue.

Le talent de Noé est de réussir à faire passer un scénario relativement bateau en une aventure drôle et excitante. Incarnation découvre sa sensualité et le trait de Noé colle parfaitement à une réalité biscornue, parodique et extrêmement charnelle. Ce faisant, c’est un parfait objet pornographique de très bonne qualité.

Noé est sur cette ligne fine et tranchante de l’humour, alliée à un talent anatomique fou et une imagination débridée. On s’étonne de finir l’album en si peu de temps et … de le relire aussitôt.

Le plaisir est dans ces pages, ne cherchez pas davantage.

– Oh non ! Pas dans le cul !

– Slurp ! Si tu le demandes …

– D’accord… Mais doucement, hein ? … … AAY !

(Version lue DYNAMITE Collection Canicule)

Exposition de Ignacio Noé

On a a parlé de Noé pour son « Accordeur« .

En bref, Gil Spam est un peintre de Pin-ups célèbre et fait l’objet d’une exposition de ses originaux. Un de ses fans, Martin, fait sa rencontre sur place, mais surtout celle de sa petite fille, Ana, qui fait office d’infirmière et porte parole à l’artiste, diminué après un infarctus. C’est l’occasion de découvrir les toiles du maître.

Gil Spam est évidemment un artiste fictif. Noé rend ici hommage au « good girl art » et aux artistes renommés comme Gil Elvgren. Il en profite aussi pour pimenter le récit en évoquant l’histoire épicée de Ana, mais surtout le « processus  » créatif derrière chaque tableau.

On s’amuse à voir la différence entre l’interprétation du spectateur et la vision de l’auteur. Certes, tout y est assez terre à terre, mais terriblement jubilatoire et drôle.

Le trait de Noé est explosif pour la rétine, magnifique sur tous les points et ses couleurs juste parfaites. L’album est tout de même très hard, mais est à recommander à tous pour ses nombreuses qualités.

– Saisi par l’excitation, je lui ai planté une carotte dans le cul.

(Version lue Dynamite Editions collection Canicule)

Sexy Symphonies de Solano Lopez

Solano Lopez est un dessinateur argentin, auteur entre autres de l’incontournable Eternaute.

Solano Lopez Sexy Symphonies CouvEn bref, 2 lycéennes s’enferment dans les toilettes pour hommes de leur lycée de jeunes filles pour y lire un magazine de BDs pronographiques et s’amuser entre elles. Ici le lecteur lit aussi les histoires.

Disons-le tout de suite, ce n’est pas ce qu’on a lu de meilleur concernant Solano Lopez. Le dessin y est moyen, les couleurs sont limites et les scénarios minimalistes. Pourtant le tout se lit bien et très vite. La raison est simple, peu de dialogues et des cases pas très intéressantes.

Certes, on rentre dans un format magazine. Sexy Symphonies était publié à l’origine pour le magazine espagnol Kiss Comics. Le rythme s’en ressent et le coté potache l’emporte. Ah, le doux pays de la gaudriole où une bite dans une chatte suffit au bonheur du lecteur !

Il en faudrait un peu plus pour satisfaire le lecteur. Mais il est trop rare de profiter des œuvres de Solano Lopez et on ne peut qu’encourager les rééditions !

– Aahhhhh! Impossible d’arrêter de se palucher ! Ces conneries m’excitent à donf’ !

(Version lue DYNAMITE Editions Collection Canicule)

Claire de Nuit de Carlos Trillo, Eduardo Maicas et Jodi Bernet

Le duo Bernet et Trillo a créé la série Bang Bang.

Trillo Bernet Claire de Nuit CouvEn bref, Claire est une prostituée classique, appuyée sur son lampadaire à attendre le client en mini jupe avec la poitrine en évidence. C’est le métier qu’elle a choisi pour subvenir à ses besoins et à ceux de son fils Juju.

Sous formes de gags en deux pages, on découvre le quotidien de la parépapéticienne brune la plus convoitée de la ville. Comme Bang-Bang, elle a tous les hommes à ses genoux, la langue pendante. C’est aussi son parfait sosie.

Malheureusement, la majeure partie des gags tombent un peu à l’eau et arrachent difficilement un sourire. On est loin de l’humour ravageur de Bang-Bang. On reste sur un ton léger, un peu convenu et potache.

Évidemment, les hommes ne pensent qu’à la bagatelle et à se vanter après d’avoir gouté à la plus belle femme qui soit.

Au final, on se dit qu’on tient le cadeau parfait pour un beau-père un brin coquin à l’humour douteux et nostalgique de sa jeunesse militaire dans les maisons closes.

– Cette Claire est incroyable : non seulement, elle se fait tous les hommes du quartier, mais, en plus, elle se tape même l’homme invisible !

(Version lue ERKO – réédité par Fluide Glacial)

Fantasmagories de Horacio Altuna et Carlos Trillo

Altuna est un dessinateur argentin qui a notamment travaillé pour Playboy. Par ailleurs, nous avons déjà parlé de Trillo pour l’excellent Bang Bang.

En bref, dans une sorte de futur proche, les protagonistes trompent leur ennui sur une sorte de téléviseur les plongeant dans d’autres réalités. Tous sont obsédés par diverses questions sexuelles : leur petite amie, leur femme, des pratiques, etc.

Le trait est simple, clair et efficace. Le ton reste très soft. On reste sur le malaise amoureux et l’incompréhension dans le couple dans la plupart des histoires.

Comme souvent, c’est la relative bêtise masculine qui est pointée du doigt, mais aussi la manipulation féminine cherchant à forger le compagnon à sa volonté. Rassurez-vous, tout y est léger et traité avec humour et fantaisies.

Grâce aux fameux écrans mystérieux, les univers sont très variés. Science-fiction, heroic fantasy ou intimité de la chambre, tout est traité intelligemment. En somme, Fantasmagories est une belle surprise se dévorant rapidement avec ses belles couleurs et son ambiance très particulière.

– Je suis arrivée à la conclusion que la seule chose qui t’importe c’est de satisfaire tes bas instincts d’animal ! Oui, tout comme une bête !

(Version lue Chefs d’Oeuvre de la BD érotique Tome 11 – Rombaldi Editeur)

L’Antre De La Terreur de Solano Lopez et Ricardo Barreiro

Francisco Solano Lopez est le dessinateur entre autres de Janus Stark et de l’Eternaute. Il est décédé le 12 Août 2011.

Solano Lopez Barreiro Antre de la Terreur CouvEn bref, Lilian et Agathe sont 2 orphelines en fuite de leur orphelinat aux coutumes très étranges. Elles sont recueillies par le Dr Jekyll et sa servante dévouée. Les 2 fuyardes vont vite se retrouver séquestrées et droguées par Mr Hyde en vue de perdre leur virginité au cours d’une cérémonie.

Plantant l’action dans le Londres victorien de la fin du 19e siècle, Solano Lopez et Barreiro rassemble tous les personnages et personnalités liées à l’époque. Freud, Stevenson, Conan Doyle sont mêlés à Sherlock Holmes , Jack L’Eventreur, etc.

L’histoire est menée tambour battant. Les scènes de sexe sont souvent sauvages et violentes, l’époque est rude, et on nous le rappelle sans cesse. Le lecteur tremble et frissonne sur le triste sort des orphelines face à la perversité de leurs tortionnaires.

Le dessin sombre de Solano Lopez est somptueux et offre un excellent moment de lecture.

– Seul l’hymen doit être préservé, Terence. D’ici là, nous trouverons d’autres moyens de profiter de ces divines créatures.

(version lue DYNAMITE Collection Outrage)

Les 4 Amies T1 de Atilio Gambedotti

Atilio Gambedotti est un auteur argentin qui vit aujourd’hui en Espagne. Il a travaillé notamment pour Kiss Comix.

En bref, dans un futur pas si lointain, nous suivons les aventures de 4 copines. Il y a Marité, sage et croyante, Sybille, la sportive, Hélène, la roublarde arnaqueuse et enfin Anna, la  fonceuse qu’aucun excès ne refroidit. Elles sont toutes belles et ont une vingtaine éblouissante.

Nos 4 amies, tour à tour, connaissent des mésaventures et tombent forcément nez à nez avec des sexes énormes. Avec leur caractère très distinct, leurs histoires ne se répètent pas.

Ce qui choque dans la découverte des premières pages est l’esthétique inspirée du Manga, certainement due aux coiffures et aux couleurs employées. Si on passe quelques maladresses, surtout sur les visages masculins, on trouve quelques pages avec des cadres dynamiques, mais surtout des scènes très hard.

Globalement, le récit manque de cohérence et a un coté très brouillon. Quelques planches sont néanmoins très fortes et on peut se dire que la suite sera meilleure.

– Vas-y, petit novice, passe par la porte de service. Dépêche-toi, prends-moi le cul !

(Version lue Tabou Editions)

L’accordeur T2 de Ignacio Noé

Ignacio Noé est un dessinateur argentin.

En bref, Mariano est un accordeur de piano. C’est un artisan dévoué à son métier et à la totale satisfaction de ses clients.

Sous le format d’histoires courtes, Noé nous livre ses récits pleins d’humour et de fantaisies. L’alibi de l’accordage est vite oublié pour des scénettes très chaudes.On passe vite à l’action donc, tout en restant assez fripon.

Si le contexte est peu excitant, le dessin et les couleurs sont somptueux. C’est le point fort de cet auteur qui mérite le coup d’œil.

Plein de promesses dans cet album, malheureusement c’est un peu creux mais d’autres albums comme Exposition sont à surveiller.

– Les résultats sont surprenants. Par exemple, après un peu d’entrainement, le vagin de Karine a déjà ‘l’oreille absolue ».

(Version lue Dynamite Collection Canicule)

Bang Bang de Jordi Bernet et Carlos Trillo

L’espagnol Bernet (au dessin) et l’argentin Trillo (au scénario) ont travaillé ensemble sur Torpedo, qui explorait déjà le milieu mafieux et les années gangster.

En bref, Bang-Bang est une jeune femme brune aux formes enivrantes qui sait exploiter son corps et profiter des faiblesses des hommes et du désir qu’elle provoque chez eux.

Nous faisons sa connaissance tandis qu’elle est en fuite à New York pour fuir Al Capone qu’elle a arnaqué. Le corps de Bang-Bang lui permet de se sortir de cette situation dans un déluge d’exhibitions, fellations et relations sexuelles. On y trouve aussi énormément d’humour et de morts violentes.

S’appuyant sur l’univers de l’Amérique Hollywoodien, Bang-Bang va évoluer de tome en tome dans le film noir de gangster, puis le Mexique révolutionnaire, la savane sauvage, etc. Tous les clichés du Pulp sont exploités et très bien maitrisés pour le plaisir du lecteur qui y trouvera aventures, petits plaisirs, sourires et légèretés, mais aussi un dessin à l’ambiance parfaite.

Comment résister aux charmes multiples et dépaysants de Bang Bang? Personne n’a cette force. Tout comme moi, succombez !!

– Ici à New York, elle se fait appeler Cicca Mammone, mais à Chigago elle était connue sous le nom de Chica Bang-Bang parce qu’elle produit sur les mecs le même effet qu’une balle explosive…

(Version lue coffret Drugstore – 6 volumes)