Burlesque Girrrl de François Amoretti

François Amoretti est un dessinateur français aux passions variées, le Japon et les belles filles entre autres. Il a notamment collaboré avec Lanfeust Mag.

En bref, Violette et ses 3 amis ont un groupe de rock, les GRRRL. Promis à un bel avenir, ils rencontrent néanmoins des difficultés financières. Violette, avec ses formes affolantes, ses tatouages et son impudeur, accepte de participer à des soirées effeuillages pour gagner un peu d’argent afin de permettre au groupe d’enregistrer la maquette qui les fera connaitre.

Le dessin d’Amoretti a quelque chose d’attirant avec ses rondeurs et les couleurs bien choisies. On reste cependant perplexe sur le regard des personnages qui semble vide.

Véritable hommage ou immersion dans des univers très à la mode en ce moment, le burlesque et ses shows y sont présentés avec un respect évident excluant la perversité, mais incitant au respect. Le rock’n roll et les grosses voitures y tiennent une place importante aussi, mais c’est surtout la culture du tatouage  qui est mis en avant sans tapage futile.

Le scénario reste relativement plat, comme dans une sitcom adolescente. C’est un peu fade et entendu, beaucoup d’attitude pour un fond bien léger. Par contre, la construction des planches, surtout celles où les cases explosent, traduit les émotions ressenties par les personnages et amène de vrais bons moments.

Si vos centres d’intérêt correspondent aux thèmes centraux et au milieu décrits, la lecture sera plaisante. Sinon, la poitrine opulente de Violette reste un bel argument.

– Mesdames, Messieurs, plus vous hurlez, plus elle s’effeuille !

(Version lue Ankama)