Hilda de Hanz Kovacq

Hanz Kovacq serait le pseudo de Bernard Dufossé.

Hanz Kovacq Hilda T1 Couv En bref, chaque nuit, Hilda est hantée par des rêves dans lesquels elle incarne une princesse moyenâgeuse, Hildegarde. Celle-ci ne vit pas la vie de château, mais est constamment harcelée, violée, écartelée. Sous l’impulsion d’une amie, Hilda va trouver un psychiatre qui va vite profiter d’elle.

Parfait produit du magazine BD Adult’ et consors, Hilda est une série hautement pornographique et obscène. Le belle brune est soumise à des jeux d’une cruauté absolue dans un univers uniquement sexuel et totalement fantasmé, mâtiné d’une touche de fantastique. Kovacq ne recule devant aucun tabou et laisse court à des fantasmes crus très portés sur l’anal, la domination, voire la violence physique.

Les hommes sont tous extrêmement membrés, les femmes chaudes et dégoulinantes. Même la présence de quelques démons aux langues très pendantes ne choque pas la lecture et rappellera les hentai aux amateurs du genre. Ici, tout est hors norme.

Le trait est plus que satisfaisant, réaliste et surtout au service des délires scénaristiques et le déluge de scènes débridés. On est même surpris par la construction des pages qui fait tout pour nous dévoiler les détails anatomiques et se passe volontiers des cases.

Si la série lasse un peu, on reste en présence d’une série franche, imaginative, excitante et sans demi-mesure, ce qui fait regretter la relative difficulté à trouver ce titre en librairie.

– Son clitoris est devenu si gros que je peux le sucer comme le sexe de mon frère quand il était petit !!

( Version lue 4 tomes Rebecca Rils)