Minus de Rica

Rica a participé à Premières Fois.

En bref, Minus est un fils de bonne famille, pistonné par son père qui lui a aussi donné son surnom. Arrogant et cynique, il vit dans sa bulle se satisfaisant de masturbation, de filles faciles et de quelques soirées avec ses collègues de travail.

Dans sa solitude volontaire, Minus est détestable. Il n’a aucune ambition, ne cherchant que sa petite satisfaction. C’est aussi un obsédé, partageant avec nous son parcours de branleur et sa pièce secrète qu’il garde fermée lors de visite de ses « amis » ou conquêtes. Mais bien évidemment, les secrets qu’il veut garder vont le gangréner peu à peu.

Dans un style lorgnant vers Charles Burns, on apprécie la cohésion du trait et du récit. C’est noir, gras et un peu sale, comme le propos global de l’album.

Cette descente aux enfers est parfaitement maitrisée, avec des scènes (notamment celles des rencontres de filles dans les bars) qui ont un goût de vécu. Un très bon moment de lecture.

– Elle sent ma gaule, mais ne s’y frotte pas.

(Version lue Drugstore)

Premières Fois

« Premières Fois » est un recueil de dix histoires courtes dessinées par dix auteurs différents : Alfred, Capucine, D’Aviau, Augustin, Vince, Rica, Vatine, Pedrosa, Bertail et Dave McKean.

Premieres Fois Couv En bref, comme l’annonce le titre, nous allons découvrir des premières fois coquines. Et il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’imagination pour voir quels « dépucelages » nous allons être témoin. Du simple dépucelage au sexe de groupe en passant par le BDSM, le champ est large.

Et c’est bien la pluralité des situations qui est un des points forts de la BD, mais bien plus encore la grande fraîcheur de la plupart des scènes reste bien le principal attrait. Les auteurs, sans être spécialisés dans l’érotisme, réussissent tous leur challenge. On sent le vécu ou l’anecdote rapportée sans tomber dans le niais.

Ne connaissant pas la majorité des auteurs, la majorité des histoires donnent envie de découvrir leurs travaux précédents. Beaucoup semblent des dessinatrices avec une sensibilité bien différente de ce qu’on peut lire habituellement dans le genre.

Les styles sont variables, tous en noir & blanc. Tous sont de très bons niveaux. Le dernier récit de McKean est l’extraterrestre du recueil, de part le style et l’histoire, mais c’est toujours un plaisir de le lire.

Idéal pour un cadeau coquin ou pour un premier achat dans le genre.

– Je l’étouffe avec ma chair. Je mange la sienne.

(Version lue Delcourt)