Esmera de Vince et Zep

Zep est l’auteur à succès de la Bande Dessinée française connu pour son personnage de gamin insupportable, Titeuf, mais surtout pour ce qui nous intéresse ici, Happy Sex. Cet album aurait relancé l’intérêt de la BD adulte pour les éditeurs…

501 ESMERA[BD].indd

En bref, Esmera nous confie le récit de sa vie depuis l’internat de son adolescence et la découverte de la sexualité jusqu’à ses 35 ans ou 70, c’est à vous de voir…

Je dois commencer par un Mea Culpa. Zep n’est pas qu’un bon auteur de gags pour le jeune public. C’est aussi un bon scénariste. Esmera m’a complètement surpris. Le lecteur n’est pas pris pour un demeuré et le récit est maîtrisé. Il y a un twist majeur. Je ne spoilerai que les amateurs de Rumiko Takahashi en révélant que l’histoire d’Esmera est celle de Ranma 1/2 avec du sexe, l’humour en moins.

J’ai pu discuter quelques instants avec Vince lors d’une dédicace. En plus d’être un homme charmant, il a su apporter son trait délicat et racé pour porter le récit en rendant l’héroïne craquante. L’érotisme évident et vibrant de son dessin est un point fort indéniable de cet album.

L’histoire offre un très bon moment entre l’Italie conservatrice et religieuse, le Paris étudiant et politique de Mai 68, les excès d’Ibiza, etc. Le tout est, comme souvent, un parcours où le personnage central doit apprendre à s’assumer et vivre sa vie en accord avec lui-même.

De plus, on peut y voir une métaphore sur le tabou de la bisexualité qui est un thème assez contemporain. La place des sentiments trop souvent zappés dans les BD érotiques implique le lecteur et cadre à la quête de l’identité de l’héroïne.

Zep, Vince, vous nous refaites un titre comme ça quand vous voulez ! Merci d’avance ! C’est un de ces titres que les jeunes ado trouveront dans la bibliothèque de leurs parents et y découvriront la sensualité, tout comme j’ai pu le faire avec le Déclic.

– Ce chanteur anglais ne savait pas que le LSD pouvait faire mal au cul…

(Version lue Glénat)

Premières Fois

« Premières Fois » est un recueil de dix histoires courtes dessinées par dix auteurs différents : Alfred, Capucine, D’Aviau, Augustin, Vince, Rica, Vatine, Pedrosa, Bertail et Dave McKean.

Premieres Fois Couv En bref, comme l’annonce le titre, nous allons découvrir des premières fois coquines. Et il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’imagination pour voir quels « dépucelages » nous allons être témoin. Du simple dépucelage au sexe de groupe en passant par le BDSM, le champ est large.

Et c’est bien la pluralité des situations qui est un des points forts de la BD, mais bien plus encore la grande fraîcheur de la plupart des scènes reste bien le principal attrait. Les auteurs, sans être spécialisés dans l’érotisme, réussissent tous leur challenge. On sent le vécu ou l’anecdote rapportée sans tomber dans le niais.

Ne connaissant pas la majorité des auteurs, la majorité des histoires donnent envie de découvrir leurs travaux précédents. Beaucoup semblent des dessinatrices avec une sensibilité bien différente de ce qu’on peut lire habituellement dans le genre.

Les styles sont variables, tous en noir & blanc. Tous sont de très bons niveaux. Le dernier récit de McKean est l’extraterrestre du recueil, de part le style et l’histoire, mais c’est toujours un plaisir de le lire.

Idéal pour un cadeau coquin ou pour un premier achat dans le genre.

– Je l’étouffe avec ma chair. Je mange la sienne.

(Version lue Delcourt)