Catlady de Xavier Duvet

Nous avons déjà évoqué Xavier Duvet pour ses BDs et son site.

Xavier Duvet Catlady couvEn bref, Catlady est une voleuse, un de ces personnages inspirés d’Arsène Lupin et des adolescentes de Cat’s Eyes. Dans sa combinaison moulante, elle cambriole les bourgeois et les surprend très souvent dans le plus simple appareil ou dans des postures délicates. Elle n’en perd jamais une occasion de prendre du bon temps.

Catlady est une oeuvre de jeunesse de Duvet sortie fin des années 90 alors qu’il est encore chez IPM. La nouvelle édition est la plus aboutie en terme de rendu. On voit dans certaines cases que le dessin de l’artiste n’est pas encore tout à fait en place. Si l’anatomie est déjà son point fort, les visages  manquent parfois d’expression.

Côté scénario, c’est léger. On est toujours confronté à la scène de cambriolage qui vire vite à la domination. A ce niveau, l’artiste est par contre déjà très versé dans le domaine, Accessoires et poses sont déjà finement rendus.

Catlady est un hommage à la bande dessinée de genre telle que le fumetto et les personnages à la Diabolik. Il manque cependant de la profondeur à l’héroïne.

– Bouge un poil de chatte et tu vas sucer du plomb !

(Version lue Tabou Editions)

Féminisation : Le Prix De La Lingerie de Xavier Duvet

On a déjà évoqué Xavier Duvet pour Discipline : Maitresse Dominique.

Xavier Duvet Feminisation Prix de la lingerie CouvEn bref, 2 histoires de travestis sont au menu de ce volume. Le premier raconte l’histoire de Jean, un jeune homme qui se retrouve aux prises avec la propriétaire d’un magasin de lingerie. Et le second récit parle d’un couple dans lequel la femme transforme son mari en soubrette dévouée.

Le point commun des ces histoires est la domination totale de la femme. Se voulant basés sur des confessions véridiques, ces récits restent sidérants dans leur déroulement. A contre pied des clichés habituelles de la pornographie, les humiliations sont permanentes pour le personnage masculin qui se retrouve enfermé et contraint à rester dans sa peau féminine. Il y a peu de violences physiques, mais une pression psychologique féminine constante et une forme de résignation masculine.

A la lecture, on ressent une forme de fatalité. La sexualité présentée n’est pas désirée par les hommes, mais ils la subissent. Ils la désiraient quelque part, les femmes et les vêtements révélant leur penchant.

Le trait de Duvet en noir & blanc pour cette série reste bluffant. Les expressions de visage sont vraiment très réussies.

Les BDs de Xavier Duvet offrent quelque chose d’unique et d’extrême. Vous n’en sortirez pas indemne.

– Au petit matin, j’étais épuisé et mes draps étaient couverts de sperme. Et je savais désormais quel était mon rôle.

(Version lue Tabou Editions)

Discipline : Maitresse Dominique de Xavier Duvet

Xavier Duvet est un auteur sévissant depuis plus de 21 ans.

Xavier Duvet Discipline Maitresse Dominique couvEn bref, Maitresse Dominique raconte son parcours de jeune homme amoureux des dessous féminins jusqu’à son statut de Maîtresse.

Explorant une sexualité très peu mise en avant, Discipline dévoile le fétichisme des sous-vêtements féminins, le transgenre et les relations sadomasochistes. C’est un monde de sensations fortes, un monde où les hommes sont entièrement soumis à des femmes dominatrices.

Le parcours de Dominique commence à l’adolescence. On rentre vite dans le vif du sujet dès qu’il se met au service de celle qui deviendra sa mentor, maîtresse Claire. Celle-ci le forme et éduque son esprit et son corps.

Avec des planches réalisées à l’aérographe, ainsi qu’une construction de pages dynamique, Duvet a un vrai talent à nous faire rentrer dans cet univers. On reste dans le ton de confessions illustrées.

Hors la représentation graphique extrêmement détaillée, ce qui choque est la psychologie des personnages. L’emprise est totale. Comparée aux autres BDs traitant de SM, celle-ci reste largement du dessus du lot. On ne peut s’empêcher de s’interroger : quel rôle pourrais-je tenir? Pourrais-je vivre cette expérience? Ce qui est certain, c’est que c’est un sacerdoce, un style de vie de tous les instants.

Donc, la lecture ne laisse pas indemne, l’avertissement figurant sur la BD n’est pas pour faire joli.

– Je suis Sonia, ma cocotte, et je vais t’apprendre à ne plus penser avec ta bite… Mais avec ton cul !

(Version lue Tabou Editions)

bann_xavierduvet