Sex In Italy 3+4 de Luca Tarlazzi

Qu’il est bon de retrouver le couple le plus pervers d’Italie sous la plume de Tarlazzi !

En bref, Serena et son mec, Marco, à la coiffure improbable reviennent pour leurs ultimes aventures ! La blonde est toujours aussi nymphomane et son type particulièrement préteur !

Les histoires sont courtes comme pour les volumes 1 et 2 (réédités en 1 tome pour l’occasion). Donc on a pas le temps de s’ennuyer.

Il faut reconnaître un vrai savoir-faire à Tarlazzi. Son héroïne est bandante à souhait, les situations sont drôles et bien traitées. Il est un digne représentant de « l’école Italienne » des années 90 (avec Casotto entre autres) qui était publiée chez Selen à l’époque (d’où les nombreuses références dans les cases).

Le fantasme du couple totalement libéré et libertin est ici bien exploité. Qui n’a jamais rêvé que la blonde reluquée dans une soirée soit une femme qui s’assume et vous propose une fin de soirée heureuse ? Elle ne refuse rien et propose même de l’inédit. Il est intéressant de constater aussi quelques regards extérieurs. On sent le jugement de la société sur les jeux libertins et leur rejet sans recul.

Bref, on a ici un parfait exemple de la pornographie sur papier avec dessin léché, scénario « crédible » et une vraie envie de satisfaire le lecteur. On en a pour notre argent ! Du cul, du stupre, du désir ! La recette est au fond assez simple et efficace !

 – Le premier qui réussira à capturer une marmotte se verra offrir … Mon délicieux petit cul !

(Version lue DYNAMITE – Collection Canicule)

Sévices Compris de Luca Tarlazzi

Luca Tarlazzi est un dessinateur Italien amateur de couleurs éclatantes et de plume, tout comme Xavier Duvet.

Luca Tarlazzi Sevices Compris CouvEn bref, Sévices Compris est un recueil d’histoires courtes. Rencontres entre amants, jeux pimentés, recherche du fantasme ultime, arnaques sexuelles ou encore acte de résistance à l’italienne sont au programme.

Le plus grand point de Tarlazzi reste son trait et ses couleurs. Si Sex In Italy était un brin décevant sans être mauvais, les histoires de ce volume sont nettement plus convaincantes, car certainement plus proches du lecteur. Elles font donc mouche en toute simplicité. Le scénario n’est pas tout, mais ici, le format court évite l’écueil du récit long et de sa surenchère permanente.

C’est donc une BD d’une fraîcheur indéniable et d’un érotisme franc. Les situations sont maîtrisées et l’auteur prend visiblement plaisir. On pourrait rêver d’une association avec un scénariste digne de ce nom pour un album plus dense.

– Artiste de mon cul ! T’es dingue, ouais ! Ce type est névrosé et complètement fêlé ! Malade, va !

(Version lue DYNAMITE Editions Collection Presbyte)

Sex In Italy 2 de Luca Tarlazzi

Tarlazzi s’est fait connaitre en France en étant publié dans la série « Selen présente » de Vents d’Ouest. Nous avons parlé de ses autres BDs ici.

Tarlazzi Sex In Italy 2 CouvEn bref, nous retrouvons notre couple sexy du 1er volume : Marco et Serena. Le couple est « libre » et l’album débute sur Marco qui sort baiser une autre, malgré une torride Serena qui ne laisse personne indifférent.

Le ton est donné dès les premières pages. Le lecteur ne va pas s’ennuyer. Le seul vrai bémol reste la coiffure improbable de Marco. Le reste est propre au goût de chacun suivant les situations décrites.

Mais le trait de Tarlazzi s’affirme fort dans ces pages et sa maîtrise de l’aérographe est parfaite. La chevelure de la belle et sa peau sont appétissantes à souhait.

Si le ton est très pornographique, on apprécie que Tarlazzi y sème des notions de voyeurisme, de jeux de piste et d’adultère consentant qui « élèvent » le niveau. Les dernières planches peuvent troubler, mais on apprécie de rentrer dans l’univers propre du dessinateur.

– Tu vas désigner un de nos invités et tu n’auras qu’une minute pour le sucer.

(Version lue DYNAMITE Collection Presbyte)

Tentatives de Charme de Luca Tarlazzi

Nous avons déjà parlé de Tarlazzi pour « Sex In Italy 1. »

Luca Tarlazzi Tentative de Charme CouvEn bref, « Tentatives de Charme » est un recueil de 6 histoires courtes dans lesquelles un protagoniste ose et tente sa chance auprès d’une autre personne.

Les scénarios sont variés, ce qui fait que chaque lecteur peut se retrouver quelque part dans ces récits à la qualité  variable. La première est très moyenne par exemple. Mais ce qui transpire dans chacune, c’est le manque d’affection et de sensualité des personnages, ainsi que la recherche du plaisir et de la compréhension de soi vis-à-vis des autres.

Bien que le format court soit davantage propice à juste des scènes chaudes au background minimal, Tarlazzi réussit à toucher le lecteur. Il suffit de lire l’histoire du jeune couple qui galère avec les parents à coté. Mais c’est « Enfer » et « Jade » qui ont provoqué mon intérêt, la première pour son coté tragique (certes facile) et la seconde pour la surprise (un brin téléphonée).

Concernant le dessin, Tarlazzi y teste beaucoup. Couleurs et Noir & Blanc s’enchainent avec des variations prouvant sa qualité de dessinateur. A ce niveau « Enfer » reste la meilleure pour son coté sombre et son ambiance.

Alors n’allez pas comprendre que j’ai adoré l’album, j’y ai vu des qualités qui n’apparaissaient pas dans « Sex In Italy. » Mais Tarlazzi doit avoir une BD vraiment bonne. Je cherche encore laquelle.

– Viens en moi, Marc, Tu sais que je prends la pilule…

(Version lue « Selen Présente »)

Sex In Italy 1 de Luca Tarlazzi

Luca Tarlazzi est un dessinateur italien aux intérêts divers dont le tatouage.

Luca Tarlazzi Sex In Italy T1 CouvEn bref, Marco et Serena forment un couple libre et le scénario et le crayon de Tarlazzi s’attardent sur la belle blonde.

Et Serena est la blonde telle qu’on imagine la femme volcanique, celle qui, sur un clin d’oeil, un toucher, une simple situation, se transforme en garce totale. On pense à la joie de son compagnon Marco, nettement plus plat, juste queutard à la coupe improbable.

Donc s’enchainent des scènes d’exhibition, de sexe libre et décomplexé, plans à trois, etc. C’est gratos, Serena est ouverte, tout le monde peut entrer. Et elle en redemande, la coquine.

Concernant le dessin, il y a un je ne sais quoi qui rappelle Liberatore (Ranx), sûrement les couleurs. Certaines case avec Serena sont assez puissantes, ses poses sont plus que suggestives. Tout lecteur la gardera en tête, surtout que son anatomie nous est entièrement dévoilé sans pudeur.

Il faut prendre « Sex In Italy » pour ce que c’est, une bonne récréation, quasi décérébrée avec le côté lecture à une main. Pour une stimulation plus cérébrale, on ira voir ailleurs.

– Votre pommade est efficace, mais sitôt qu’on m’encule ca recommence. A votre avis, suis je trop étroite?

(Version lue DYNAMITE Editions)

(Les pages disponibles ici sont extraites d’une édition précédente, la traduction a été refaite entre autres)