Miss 130 de Tomo Chiyoji

Miss 130 a fait partie des premiers mangas parus en France au tout début des années 90.

En bref, Miss 130 est un recueil d’histoires courtes où une plantureuse femme vit des aventures sexuelles avec le premier qui passe. Cette héroïne, identique à chaque scène, est une bourgeoise voluptueuse, maquillée, vêtue court et dotée d’un tour de poitrine qui lui vaut son matricule.

En misant tout sur son héroïne, Chiyoji marque des points. Elle est ultra féminine et le personnage reste suffisamment floue pour la placer dans n’importe quelle situation. Elle est tour à tour voleuse surprise devant être fouillée, victime d’un pervers et d’un voyeur, compagne domestiquée pour devenir une affamée de sexe, mère de famille abusée, etc.

Avec cette salope parfaite, le lecteur en prend plein les yeux avec ces mamelles qui balancent, son corps suintant et brûlant, ainsi qu’une voracité sans pareille.

L’album est plutôt bon, mais daté dans sa réalisation. C’est du hentaî pour salaryman un peu frustré qui préfère éjaculer dans un mouchoir. C’est aussi un bel exemple de la pornographie nippone et de la belle maîtrise d’un dessinateur sur un sujet qu’il explore à fond et en tire le meilleur !

– Aaaah… C’est la fièvre du mardi soir… Mon bénitier brûle… J’ai… J’ai besoin de ton gros goupillon pour l’apaiser !

(Version lue DYNAMITE – Collection Outrage)