Comic Book Holocaust de Johnny Ryan

Johnny Ryan est un dessinateur co-auteur de War & Penis.

johnny Ryan Comic Book Holocaust CouvEn bref, Johnny Ryan met à mal le monde de la BD américaine et, en une page, détruit un à un les titres les plus mythiques du comics. Iconoclaste et totalement irrévérencieux, le livre s’adresse aux connaisseurs du genre et provoquera des fous rires incroyables.

Les amateurs d’humour absurde seront ravis. Les autres se demanderont ce qu’on peut y trouver, tant pis pour eux.

Comment ne pas hurler de rire devant un Iron Man trop saoul qui finit par se chier dans l’armure, Little Némo qui fait un rêve porno, ou bien encore Garfield amateur de lasagnes au sperme, et j’en passe !

Ayez l’estomac accroché et laissez vos préjugés de côté, car c’est la bouffée d’air qui vous fera relativiser vos anciennes lectures et peut-être vous pousser à les relire.

Donc le propos est débile, gratuit, grossier mais tellement drôle ! Les pisse-froids détesteront. Un pur divertissement adulte bête et méchant !

– Regarde ! Ma bite est coincée dans l’un de tes étrons invisibles !

(Version lue HUMEURS)

War & Penis de Frédéric Fleury et Johnny Ryan

Frédéric Fleury est le dessinateur du délirant « la Passion du Bois« , responsable de FM (Frédéric Magazine) et Johnny Ryan est un dessinateur américain publiant Prison Pit.

Fleury Ryan War Penis CouvEn bref, les 2 dessinateurs se sont insultés sur un tumblr pendant des mois et le résultat est WAR & PENIS.

2 versions sont disponibles, la première avec une couverture où le français l’emporte, l’autre pro-américaine.

Les premières pages donnent vite le ton. Si vous ne supportez pas l’humour pipi-caca aux références trash, passez votre chemin. Les autres s’esclafferont devant une telle débauche d’imagination à si mauvais escient.

C’est une « battle » où tous les coups sont permis. Donc la sexualité, l’hygiène, la morale, voire la qualité des parents sont des arguments pour insulter allègrement son adversaire. Les quelques pages évoquant la conception de chacun sont d’un « raffinement » rare!

Un livre bête, sale et méchant, complètement inutile, donc totalement nécessaire !

(Version lue The Milan Review)