Chiara Rosenberg de Roberto Baldazzini et Celestino Pes

ou « La Double Vie d’Une Dominatrice. »

Que produit la rencontre entre Baldazzini, le dessinateur des « Casahoward« ,  et Pes, le scénariste de « Magenta« ? On pouvait s’attendre à un monstre oscillant entre comédie et personnages ultra pervers, il n’en est rien. Ils nous délivrent une réflexion sur le sadomasochisme et l’amour en général.

Roberto Baldazzini Chiara Rosenberg CouvEn bref, Chiara est soumise à son mari avec lequel les jeux sont de plus en plus durs, violents et humiliants. La rencontre avec un jeune photographe bouleverse la vie de la belle brune qui devient la maitresse du jeune homme.

On découvre ce couple visiblement proche aux jeux sexuels pervers et tordus dont Chiara parait victime, et dans lesquels le mari se complait à laisser aller sa cruauté pour parvenir à s’exciter. La vie sexuelle d’un couple marié semblant passer par une loi tacite, celle où l’homme sera celui qui jouit au dépend de sa femme. C’est malgré tout un couple uni, malgré l’ennui que Chiara montre.

Concernant l’amant, le rapport s’inverse. Lui, amoureux transi, se transformera peu à peu en fou furieux, prêt à tout pour son amour qu’il assimile au divin. Il remplit cependant un rôle important pour Chiara qui voit en lui une échappatoire de son mariage et s’en servira comme d’un objet pour pallier à ses frustrations. Car, oui, l’héroïne, frustrée par son rôle de chose entre les bras de son mari, devient une redoutable tortionnaire pour son amant, imposant sa domination de la même façon brutale que son époux.

Le dessin de Baldazzini est parfait pour ce récit bien plus psychologique que ces autres ouvrages. Je m’étonnerai toujours du trait si simple contrastant avec une histoire si rude, si crue.

Définitivement à lire !

– Je fais ce que je veux, que ce soit à toi ou à ton chien !

(Version lue Delcourt Erotix – Editions en couleurs)

2 commentaires sur “Chiara Rosenberg de Roberto Baldazzini et Celestino Pes

  1. Pingback: Sois Vicieux de Matthias Schulteiss « bderotique

  2. Pingback: Aura l’Orpheline de Roberto Baldazzini | BDérotique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *