L’Amour Propre (ne le reste jamais très longtemps) de Martin Veyron

Martin Veyron est un des auteurs phare des années 80, portés par l’Echo Des Savanes. Toute une époque donc !

En bref, un jeune homme, après une rencontre marquante, se met en quête du point G chez toutes ses partenaires.

Plus qu’une étude anatomique, Veyron pose une époque, des relations humaines et met en lumière une forme de transition entre l’amour physique et la performance sexuelle. On est plongé dans les discussions qui, plus de 20 ans après l’édition, restent d’actualité.

Mais qu’est-ce donc que le point G? Les premières pages situent le dit point et rien de tel qu’une mise en pratique dans les toilettes. Sitôt présenté au Graal, le héros/lecteur y est confronté. Cette rencontre métamorphose sa perception du sexe, plus besoin de « caresses interminables » ou de « limer pendant des heures », une stimulation précise est la clé de l’orgasme !

Apportant un divertissement frais et adulte sans tomber dans le vulgaire, l’Amour Propre est une lecture obligatoire ! Intelligent et abordant plusieurs types de relations (recherche anatomique, cocufiage, et même l’Amour), mais aussi des thèmes nouveaux pour l’époque (le point G, l’éjaculation féminine), la BD apporte des citations pleines d’humour gravées dans ma mémoire.

– La grossiéreté c’est pareil, au bon moment, c’est excitant, au mauvais, c’est la douche ! …

– Même plombées à mort, les cravates de notaire sont inoffensives !

(Version lue Albin Michel / L’Echo Des Savanes)

2 commentaires sur “L’Amour Propre (ne le reste jamais très longtemps) de Martin Veyron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *