Le Couvent Infernal de Ignacio Noé et Ricardo Barreiro

C’est certainement le dernier titre chroniqué pour Ignacio Noé qui a cessé le porno (malheur à nous).

Ignancio Noe Barreiro Couvent Infernal Couv

En bref, dans un couvent espagnol reculé, les bonnes sœurs punissent tout écart aux bonnes mœurs que leur impose leur statut. Après un accident, elles découvrent une porte cachée. Celle-ci, une fois ouverte, provoque l’arrivée du diable dans le lieu saint. Les nonnes vont alors connaitre la luxure avec un goût de soufre extrême. Masturbation, godemichet énorme, sodomies et sexes sous contraintes ou encore orgie, le programme est des plus alléchants !

Ricardo Barreiro n’en est pas à son premier scénario chroniqué ici. Nous avons déjà parlé du très bon Antre de la Terreur (avec Solano Lopez s’il vous plaît). Du coup, on a le droit à un scénario référencé, ici, le mythe de Cthulhu de HP Lovecraft en l’occurrence.

Je ne connais pas l’origine de ce fait, mais les nonnes font partie des fantaisies fétichistes communs et j’avoue que ça me fait toujours marrer. Alors, ici, je suis servi ! Et il faut bien avouer que les auteurs se font plaisir à montrer comment le diable se plaît à forniquer les bigottes de la plus rude manière.

Dans ces pages, la baise est sauvage, rude et violente. Porté par le dessin de Noé, le récit est des plus excitants. Les couleurs chaudes et le trait sans faille emportent le lecteur au plus près de ces ébats démoniaques.

Si vous avez un minimum de culture chrétienne, vous percevrez le blasphème et apprécierez davantage ce titre, qui, de ce fait, a été censuré au Canada. Dans tous les cas, j’ai adoré la pornographie brûlante et le stupre que dégagent ces pages !

– Vois comme la fente de la mère supérieure est ouverte et juteuse… Tu aimerais y mettre la langue, hein ?

(Version lue DYNAMITE Collection Canicule – disponible chez BD Adultes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *