Twenty (1+2 et 3 et 4) de Erich Von Götha

Après la saga de Janice, Von Götha nous livre son autre série phare, Twenty.

Erich Von Gotha Twenty 1+2 CouvEn bref, en 2018, Twenty, jeune blonde de 18 ans, née avec le siècle, rentre à l’internat de Cliffords dont la spécialité est l’éducation sexuelle, dernier souhait de ses parents décédés récemment. L’uniforme ultra court met le diapason de cette école très spéciale, les attraits de ces demoiselles sont dévoilés au moindre geste.

Au cours de 4 tomes, Twenty passera de son école à un statut d’actrice, croira trouver l’amour, mais constamment suivra les préceptes de Sainte-Emmanuelle (oui, on parle bien d’Emmanuelle le livre).Erich Von Gotha Twenty 3 Couv

Twenty est un personnage attachant, un brin candide. On la découvre adolescente avec ses illusions et elle expérimente beaucoup de choses au cours de ses récits.

Si Von Götha a toujours une préférence pour le SM, il est ici un peu mis de côté pour des scènes de groupe ou plus moderne avec l’usage des « Glory Holes » et des moments assez uniques dans le genre. Bien que plus marqués par les vidéos X que le film érotique (tel que l’était Janice), les volumes s’enchainent et ravissent l’oeil.

Il faut dire que le trait déjà fin du dessinateur atteint ici des sommets et ses couleurs sont de plus en plus brillantes.

Von Götha place toujours ses récits dans une société huppée et décadente où les plaisirs de la chair sont au sommet de la pyramide et sans limite. Et ici, le futur ne change rien à sa règle.

Un point a attiré mon attention : le style vestimentaire légèrement futuriste et surtout exhibitionniste uniquement féminin. Les femmes se dévoilent, mais les hommes sortent leur attirail. C’est d’ailleurs la même attention qu’il a sur la psychologie de ses personnages. Les femmes sont plus développées que les hommes dont la motivation est unique…

On appréciera le caméo de twenty lisant le 5e tome des aventures de Janice non paru à l’heure actuelle (et peu probable qu’il le soit d’ailleurs).

– Je crois que je vais délicieusement me masturber en regardant mes exploits…

(Version lue DYNAMITE)

5 commentaires sur “Twenty (1+2 et 3 et 4) de Erich Von Götha

  1. J’avais été frappée moi aussi par cette exhibition permanente des femmes, je suis contente de ne pas être la seule à l’avoir remarqué. Personnellement, j’ai trouvé cette libération sexuelle futuriste très misogyne. De façon générale, je ressens une bonne partie des BDs érotiques occidentales que je lis comme très orientée vers un public masculin et j’ai parfois un peu de mal à y trouver mon compte, malheureusement.
    Pour ce qui est de la psychologie, effectivement il a fait un petit effort pour rendre le personnage de la cousine de Twenty un tant soit peu crédible, mais, dans l’ensemble, il ne s’est quand même pas beaucoup foulé sur ce plan là! De la même façon, si les personnages féminins sont très jolis, les personnages masculins m’ont paru parfois un peu baclés. Mais c’est vrai que ses dessins sont très beaux. Dommage qu’il ne s’associe pas avec un scénariste qui sache un tant soit peu trousser une histoire. Pour ma part, je déclare forfait pour Twenty 4 et je vais en rester au 3 : scénario trop creux à mon goût.

  2. Von Götha a suivi le scénario de Bernard Joubert pour Janice 3 et 4 (de mémoire) Et le 3e est pour moi le meilleur de la série.
    Et concernant la misogynie, tu pointes bien le problème. Le lectorat auquel est destiné la BD érotique est essentiellement masculin, d’où les poncifs sur utilisés de la vierge saute au paf ou de la salope BCBG. De plus, les auteurs sont aussi des hommes et ils y développent leurs fantaisies. A mon sens, il faut trouver la BD qui s’accorde à sa sensibilité.
    As tu lu Paula Meadows ou Giovanna Casotto? Je serai curieux de savoir si leurs BDs vont plus dans ton sens. 🙂

  3. Oui, tu as raison pour Janice 3 et 4. D’ailleurs, j’avais préféré de loin Janice 1 dont le scénario n’était pas de lui à Janice 2. J’essaierai peut-être un jour, mais pour le moment je fais un peu une overdose de von Götha. 🙂
    Je me dis en effet qu’il faudrait que j’essaie des auteurs féminins, mais il n’y en a malheureusement pas des masses (d’où ma grosse consommation de yaoi, qui ne sont pas toujours hautement intellectuels, je l’avoue!). Pour Paula Meadows, j’hésite : ses liens avec von Götha m’inquiètent un peu quant à la consistance du scénario, mais tes récents billets m’ont donné envie de tenter le coup. Je n’ai pas encore essayé Giovanna Casotto car je ne suis que moyennement tentée. A voir! Il faudrait aussi que je ressorte le numéro de Beaux Arts spécial Sexe et BD qui consacrait un article aux auteurs féminins. Je pourrais peut-être y piocher quelques idées.
    C’est marrant parce que j’ai l’impression que la littérature érotique contemporaine est quand même pas mal orientée vers un public féminin. Aux une les mots aux autres les images? 🙂

  4. La question est posée. Mais je préfère penser en terme de fantaisie ou fantasme pour le choix de lecture. Certains seront plus visuels et iront vers la BD et d’autres préféreront la lecture. c’est au delà du genre sexuel selon moi. A chacun de tester suivant sa curiosité et de se « déterminer » ! 🙂

  5. Bravo pour vos échanges, vous m’avez donné envie : je viens d’acheter le premier recueil ‘Twenty 1&2’.
    Toujours pas lu ‘Janice 1+2’ (il attend son heure dans un coin de ma bibliothèque), mais effectivement les dessins de Von Götha attire la curiosité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *