The Art of Eric Stanton : For The Man Who Knows His Place

Eric Stanton est avec John Willie la référence du comics érotique.

The art Of Eric Stant For the Man Who Knows His Place CouvEn bref, le grand volume que propose Taschen pour enfin profiter des dessins d’Eric Stanton est un délice pour les amateurs.

Vous aurez accès à des extraits des différentes parutions du maître de ses débuts des 50’s aux années 90. L’évolution du trait et des obsessions est frappante. Continuer la lecture

The Dominant Wives & Other Stories de Eric Stanton

Déjà évoqué ici, Eric Stanton est un des auteurs qui « démocratisa » le bondage et le BDSM à partir des années 50.

Eric Stanton The Dominant Wives CouvEn bref, « The Dominant Wives & Other Stories » est un recueil imposant d’une quinzaine d’histoires. On retrouve néanmoins la constante d’une héroïne forte et dominatrice. Cela apporte un contraste évident avec la plupart des BDs du genre qui place le plus souvent la femme en créature soumise.

Le grand avantage de ce livre est l’éventail proposé au lecteur tant sur la forme (Comics traditionnels, illustrations commentées proches du roman-photo, etc.) que sur la forme (Jeux de domination hétérosexuelle et lesbienne, du plus léger au plus lourd, personnages de couleurs,, catch féminin). On apprécie donc cet ouvrage comme une référence du travail de Stanton et aussi l’évolution de l’artiste dans sa carrière. Loin de l’image « donjon », il replace le BDSM dans les salons bourgeois où les hommes se font fesser et humilier pour leur plaisir (ou non).

Fait intéressant, Stanton a très rarement scénarisé ses histoires. Il dessinait les histoires ou fantasmes de ses lecteurs et avait cette faculté incroyable de comprendre leur fantaisies. Et ses héroïnes lui ont valu d’être perçu comme un auteur féministe.

Point malheureux pour certains, l’ouvrage est en anglais, mais son petit prix devrait vous inciter à vous le procurer. Enfin, les pages dévoilent peu de pénétrations, la domination se faisant essentiellement par des coups, entravements que par l’acte sexuel à proprement dit.

Amateurs de Pulp et de jeux musclés, vous ne devez pas hésiter.

– Bend over ! For Carol, David

(Version lue Taschen 25 ans)

Phyllis en Péril Par Eric Stanton

Eric Stanton est un auteur américain ayant sévi à la même période que John Willie. Ils ont des points communs, notamment leur obsession de la femme attachée.

Stanton Phyllis CouvEn bref, des vilaines espionnes veulent les secrets gardés par Phyllis et leurs méthodes de torture sont affûtées.

Autant Willie travaille dans un imaginaire fantasmé, autant Stanton est bien plus brutal. Ici, pas de jeux de rôles, juste de la domination. Mais il n’y a pas de tension sexuelle dans ces cases. On pourrait rapprocher ça d’actes de tortures avec des Pin Ups. Certes elles sont en tenues affriolantes mais elles sont dures, acharnées et violentes. Un seul sourire dans la BD et c’est la dernière case qui nous l’offre.

Néanmoins le style du dessin plus que correct. On nage en plein âge d’or de la pin up collée sur le nez des bombardiers, et on croit apercevoir Betty Page dans ces pages. La violence et le ton plus qu’abrupt sont certainement à rapprocher de la « guerre froide ».

Et dans les discours et les attitudes, la période, je ne peux m’empêcher de penser à du E. P. Jacobs et le second degré génial du Royal Gentlemen Club.

Néanmoins, je dois contraster le propos. La cruauté de « Phyllis », ainsi que son coté quasi martial, n’éveille pas grand chose en moi. Il n’en reste pas moins un classique du genre BDSM. Pour les amateurs donc!

– Laura est placée sur un cheval à bascule qui bondit avec une force effrayante… et heurte son postérieur !!!

(Version lue ebook gratuit Dominique LEROY )