Les Aventures de Cicciolina par Filippucci – Romanini – Abuldi

Star emblématique de la culture pornographique des années 80, Ilona Staller, connue sous le nom de La Cicciolina a eu le droit à une Bande Dessinée retraçant sa vie, enfin plutôt à une vision fantasmée de sa vie !

Cicciolina Couv

En bref, les Dieux de l’Olympe s’accordent pour dire qu’il manque une déesse du sexe et de l’érotisme. Cupidon file sur Terre pour épauler la nouvelle championne du sexe, la future Cicciolina. De sa prime jeunesse et ses premiers émois masturbatoires à son affirmation en tant que déesse de la paix par le sexe, rien ne sera épargné au lecteur. Car le monde va mal, une organisation maléfique a pour objectif de réduire la libido du monde à néant !

On nage dans la fantaisie légère avec cette BD. La Cicciolina est fidèle à l’image que j’en gardais, une star du X volontiers exhibitionniste avec cette douce rêverie que le sexe peut régler tous les problèmes de l’humanité. On a forcément envie d’y croire, c’est tout de même mieux que toutes les conneries qu’on peut entendre.

C’est une Bande Dessinée qui porte bien son époque, la fin des années 80 – début 90, une vague histoire mêlant conspiration, espionnage, dieux grecs et sexe libérateur, bref une histoire un peu folle. On y croit jamais et on attend que la Cicciolina soit telle qu’on la connait, c’est-à-dire nue et en pleine action. Et c’est un peu fade en ce sens.

L’action et les expressions sont figées, malgré un trait lisse et épais que j’affectionne (dans une veine pas si éloignée de Magnus, mais c’est trop flatteur). Et le sujet reste tout de même assez bête, sans éveiller de passion particulière.

On comprend pourquoi il n’y a jamais eu de suites aux « trépidantes » aventures de la Cicciolina. Les amateurs de l’ex-épouse de Jeff KOONS apprécieront ce titre, les autres seront curieux et le reposeront bien vite.

– Combats-moi dans ton lit, piège-moi sur l’oreiller ! Je serai ta proie ou ta prédatrice, comme tu veux… L’égoïsme, l’arrivisme, n’apportent que la violence et la douleur. Le sexe nous rend un peu moins bêtes, un peu plus anges… Fais-moi voler, je suis l’amour !

(Version lue Encyclopédie de la Bande Dessinée Erotique Tome 10, disponible chez DYNAMITE collection petits Pétards)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *