Valentina Pirate de Guido Crepax

Nous avons déjà parlé de Guido Crepax et aussi de Valentina.

En bref, Valentina finit la lecture d’un conte de Science-Fiction de l’Astronef Pirate à son fils Mattia. Celui-ci en veut davantage, Valentina lui dit que l’histoire continue dans ses rêves.

La saga Valentina est ardu à suivre, même Crepax semble s’y perdre dans l’interview qui précède l’histoire. Mais l’effort est louable pour réussir à comprendre ce personnage.

Toujours avec un sens de la page riche et virevoltant, Crepax met cette fois son récit en couleurs pour ce qui est de la partie racontée. Mais la réalité de Valentina et Mattia, quant à elle, reste en noir et blanc.

Si le rêve poursuite l’histoire de base de l’Astronef Pirate et de son équipage, le rêveur est à chaque fois différent et chacun y met sa touche et sa fantaisie.

Plus sexy et nettement moins coquins que les autres volumes, Valentina Pirate est un très beau classique et les petites histoires suivantes ont un charme indéniable.

(Version lue Dargaud – épuisé)

(Images issues de la version italienne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *