Lou, Taxi de Nuit de Jacobsen

Jacobsen (prononcer Jacques Obscène) a longtemps travaillé pour les revues de BD salaces des années 80-90. Du jeu de mot de son pseudo, le lecteur sait déjà qu’il arrive dans monde de « poésie ».

Jacobsen Lou Taxi De Nuit CouvEn bref, Lou est une chauffeuse de taxi de nuit, un brin punk avec un franc parler bien trempé et une paire de seins offensifs. Son histoire va être un véritable délire, un tourbillon de n’importe quoi génial.

Les premières pages annoncent plutôt un récit « banal » d’un taxi où les clients s’enverraient en l’air avec une sorte de peinture crade des relations homme femme où le refuge des femmes serait le lesbianisme. C’est vite tout autre chose à partir de l’arrivée du « chat d’Iran ». Je n’en dis pas plus pour ne rien révéler, mais dès ce moment, la BD prend une tout autre tournure. Et c’est à partir de ce moment que j’ai su, ce que Jacobsen me rappelait, c’est une sorte de Maëster (l’auteur des Soeur Marie-Thérèse des Batignolles et Athanagor Wurlitzer) complètement trash, très porté sur les jeux de mots, où les cases regorgent de petits détails stupides. Une fois ce « frein à main » ôté, le lecteur en prend plein la tête. Entre les rêves, les scènes très hard et les dialogues, on sent bien que l’auteur prend son pied pour nous imposer son univers.

La Bd n’est pas ambitieuse, ni prétentieuse et surtout pas sérieuse. Lou, Taxi de nuit, est un récit pornographique (ben oui quand même), drôle et décalé. Les pages sont inventives, mélangeant les styles, parfois de manière surprenante. On sent bien l’auteur faire des planches en se disant « vous voulez du cul? Ben voilà vous êtes servis. Je vais vous raconter mes conneries maintenant. » Et ça marche !

– Je ne suis pas vaginale Hhhhrrrr…

-Je ne suis pas clitoridienne ! HHAAA HH…

– Je suis ANAAALE !

(Version lue Dynamite Editions)

6 commentaires sur “Lou, Taxi de Nuit de Jacobsen

  1. J’ai lu cette bd hier soir et j’ai été agréablement surprise. Les bd publiées par Dynamite lues jusqu’alors ne m’avaient pas spécialement accrochée, mais celle-ci avec sa fantaisie débridée m’a vraiment bien plu.

  2. Personnellement, j’apprécie beaucoup le travail de Dynamite (notamment le royan Gentlemen Club ou les Baldazzini).
    En tout cas, Jacobsen arrive à vraiment faire rire et son univers m’intrigue. Vivement d’en lire d’autres !

  3. Je suis moins sensible aux bd pornographiques qu’aux bd érotiques, cela peut expliquer le fait que je n’accroche pas souvent aux bd de Dynamite. J’ai lu aussi Red Domina de Baldazzini. Ce n’est pas ce que j’ai préféré, même au point de vue graphique. Les bd de Nicky me plaisent davantage de ce point de vue mais me semblent un peu pauvres du point de vue narratif (beaucoup de schémas récurrents). Enfin bref, je ne suis pas spécialiste du sujet, ce ne sont que des impressions personnelles.

  4. Et il n’y a aucun mal à exposer son avis! 🙂
    Il est vrai que Dynamite fait dans le lourd et parfois dans le gras, mais il y a toujours quelque chose dans leurs BDs.

  5. Pour information, concernant, Royal gentlemen club, les albums ont d’abord été édité par Geisha édition en 2 albums format plus grand que Dynamite… J’ai les 2 éditions car, n’ayant pas acheté tous les magazines Geisha, à l’époque, je n’avais pas toutes les histoires de Rocking girls.

  6. Pingback: Le Loup et l’Agnelle de Jacobsen « bderotique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *